Veillée de Pentecôte

19 MAI

Mgr Rémy Vancottem, évêque de Namur, présidera la célébration eucharistique à 20h00 au cours de laquelle plusieurs adultes seront confirmés.

L’amour de Dieu a été répandu dans nos coeurs
par son Esprit qui habite en nous, alléluia.

La Solennité de la Pentecôte clôt le temps pascal et l’on éteint le cierge pascal au soir de ce jour. Elle célèbre la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres le cinquantième jour après Pâques (en grec, pentêkostê signifie "cinquantième"). Avant l’Ascension, le Christ avait annoncé aux apôtres : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1,8). Les dix jours qui séparent l’Ascension de la Pentecôte sont célébrés comme une solennelle préparation à la venue de l’Esprit, dans l’assiduité à la prière auprès de Marie, Mère de Jésus (Ac 1,14). C’est ainsi que les fidèles célèbrent la « Veillée de Pentecôte », une veillée de prière dans l’attente du don de l’Esprit Saint, en participant à la table de la Parole de Dieu et de l’Eucharistie présidée par l’évêque.

C’est aussi au cours de cette « Veillée » que l’évêque, qui jouit de la plénitude de l’Esprit Saint reçue à l’ordination épiscopale, confère le sacrement de la confirmation à des adultes. Comme le baptême, ce sacrement est reçu une seule fois dans la vie d’un chrétien. Avec le baptême et l’eucharistie, il fait partie des trois sacrements de l’initiation chrétienne, c’est-à-dire des sacrements qui, ensemble, permettent de devenir un chrétien à part entière.

De même que la Pentecôte représente l’achèvement du Mystère pascal, que le Seigneur a voulu appeler son « baptême » (Lc 12,50), de même le sacrement de la confirmation perfectionne et « confirme » l’effet du sacrement de baptême, en conformant davantage au Christ le baptisé. Le rite de la confirmation comporte d’abord une imposition des mains sur tous les confirmands, liée à une prière qui demande au Père l’envoi de l’Esprit aux sept dons ; puis une onction de saint chrême sur le front de chacun, dont le sens est précisé par la formule : « N., reçois la marque de l’Esprit Saint qui t’est donné », à laquelle le confirmé répond « Amen ». Par cette “marque” de l’Esprit (ou ce “sceau”) donnée par l’évêque en Église, le sacrement de la confirmation insère ainsi pleinement le baptisé dans l’Église et l’aide à trouver sa place dans le monde, en vrai témoin du Christ ressuscité.