Messe chrismale

28 MAR

Mgr Rémy Vancottem, évêque de Namur, présidera, la célébration eucharistique solennelle à 18h00, au cours de laquelle seront bénites les huiles des catéchumènes et des malades et sera consacré le Saint-Chrême.

À celui qui nous aime, Jésus Christ, qui a fait de nous le royaume et les prêtres de Dieu son Père : à lui, gloire et puissance pour les siècles des siècles. Amen.

Qu’est-ce que la Messe chrismale ?

La messe chrismale que l’évêque concélèbre avec des prêtres des diverses régions de son diocèse, et au cours de laquelle il consacre le saint-chrême et bénit les autres huiles, est l’une des principales manifestations de la plénitude du sacerdoce de l’évêque et le signe de l’union étroite des prêtres avec lui.

La messe chrismale est comme une épiphanie de l’Église, Corps du Christ. Par la grâce de l’Esprit, elle exprime, à travers la variété des ministères et des charismes, les dons que le Christ prodigue à son Épouse, pèlerine dans le monde.

La rénovation des promesses sacerdotales rend encore plus évident le climat d’une véritable fête du sacerdoce ministériel à l’intérieur de tout un peuple sacerdotal, et oriente l’attention vers le Christ, dont le nom signifie précisément : « Consacré par l’onction ».

L’huile, comme l’air, l’eau, la lumière, appartient à ces réalités élémentaires du cosmos qui expriment le mieux les dons du Dieu créateur, rédempteur et sanctificateur. Elle est une substance thérapeutique, aromatique et conviviale : elle guérit les blessures, parfume les membres et réjouit la table. Cette nature de l’huile est assumée dans le symbolisme biblico-liturgique et convient particulièrement pour exprimer l’onction de l’Esprit qui guérit, réconforte, consacre et imprègne de dons et de charismes tout le Corps de l’Église.

La confection du chrême
La confection du chrême

La liturgie de bénédiction des huiles explicite ce symbolisme primordial et en précise le sens sacramentel. La messe chrismale a lieu à proximité de la célébration annuelle du Christ mort, enseveli et ressuscité. Du mystère pascal, cœur et centre de l’histoire du salut, jaillissent les sacrements et les sacramentaux qui signifient et réalisent l’unité organique de toute la vie chrétienne.

La bénédiction du chrême donne son nom à la liturgie de ce soir. Le rite de la bénédiction des huiles, inséré dans la célébration eucharistique après l’homélie et la rénovation des promesses sacerdotales, souligne aussi le mystère de l’Église comme sacrement global du Christ, qui sanctifie chaque réalité et situation de vie. Voilà pourquoi, avec le chrême, l’évêque bénit aussi l’huile des catéchumènes qui luttent pour vaincre l’esprit du mal en vue de leur baptême et l’huile des malades pour l’onction sacramentelle de ceux qui partagent la souffrance du Christ dans la maladie. Ainsi la bonne odeur du Christ se diffuse dans tous les membres de l’Église et se répand dans le monde.

Téléchargez ci-dessous l’autorisation pour le parking :