Saint Aubain, patron de la Cathédrale

Statue-reliquaire de saint Aubain, Argent battu et ciselé, Namur ( ?), 1718
Statue-reliquaire de saint Aubain
Argent battu et ciselé, Namur ( ?), 1718

Né en 360 dans l’île grecque de Naxos, Aubain se présenta vers 380 à saint Ambroise de Milan, qui l’envoya en Gaule comme prêtre missionnaire, chargé de lutter contre les hérétiques ariens qui niaient la divinité de Jésus et avaient été condamnés par le Concile de Nicée en 325. Missionnaire de la doctrine de ce premier concile œcuménique, Aubain travailla en France avant d’arriver en 404 à Mayence, en Allemagne, toujours pour défendre la vérité concernant le Christ, celle que nous confessons encore aujourd’hui, chaque dimanche, en récitant ensemble le Symbole de Nicée-Constantinople. Traqué par les hérétiques, il mourut décapité, à Mayence, en 406, et ses reliques furent apportées à Namur au 11e siècle. On a pu dire de lui qu’il était mort par fidélité à cette phrase du Credo et surtout à la réalité qu’elle exprime :

Il est Dieu, né de Dieu ;
lumière, née de la lumière ;
vrai Dieu, né du vrai Dieu ;
engendré, non pas créé, de même nature que le Père.